LIBRE COURS A L'ENCRE NOIRE

C'était le pied !

 

 

Parfois l’homme s’attache. A des êtres humains, à des animaux, à des objets… à chaque fois car il y trouve un intérêt. Tout comme le renard de St Ex, personne n’imagine lorsqu’il accepte de se faire attacher les difficultés plus ou moins surmontables qui vont surgir lorsque l’une des parties voudra ou devra reprendre sa liberté.

J’ai vécu ce déchirement il y a 2 jours…

Tout avait commencé il y a presque 18 ans. Pas lors d’un coup de foudre… un choix nécessaire à faire. D’autant que je me souvienne, je ne pense pas être à l’origine de ce choix. Mais le résultat était là, et je n’ai jamais eu à le regretter. Cette liaison futile s’est développée au fil des kilomètres parcourus. Je comprenais que si j’étais capable de vivre des journées inoubliables, si j’étais capable de franchir des paysages, si j’avais la chance d’être fatigué et heureux en fin de journée, c’était surtout grâce à elle. Je me refuse d’être réducteur au point de dire qu’elle n’était qu’un outil au service de mon bonheur. Comme toutes les liaisons capables d’offrir la liberté, il est difficile de la résumer avec des assemblages de lettres.

Ensemble, nous avons fait tomber les frontières. Après les Alpes, le terrain de jeu s’est agrandi. L’Egypte, la Tunisie, les déserts et cette impression d’immensité pure, vastes étendues de sable pourtant déjà exploitées économiquement.

Cela faisait déjà plusieurs mois qu’une baisse de confiance s’était faite sentir. Quelques défaillances de son côté m’avaient fait douter de ses compétences à garantir ma liberté. J’ai essayé de prolonger au maximum notre parcours… mais il n’existe pas de colle suffisamment forte pour raccommoder certaines blessures. Il a donc fallu se résoudre, après une nouvelle défaillance. J’ai dû faire demi-tour ! Toi qui ne m’avais jamais laissé tomber, toi qui malgré tous les temps et les terrains m’avait supporté… toi en qui j’avais une confiance totale !

18 ans de complicité se terminent sur une île espagnole, au soleil, sur les pentes d’un volcan éteint. Certains diraient que c’est une belle mort… si la mort peut être belle... C’est en boitant que je suis rentré, déçu, une semelle à la main… ma liaison avec une paire de chaussure venait de se finir...

 

P1070128.JPG

 

 



14/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres