LIBRE COURS A L'ENCRE NOIRE

Nocturne 1

 

Jamais je ne ferme les yeux plus d’une minute,

Toujours attentif, le silence m’inquiète,

Le sommeil joue avec des sens fatigués

Par une traque sans fin qui dure depuis deux mille ans.

Effrayé par la lumière, qu’elle soit naturelle ou inventée,

La nuit m’a offert ses couleurs, elle m’aime.

Elle tient ma vie entre ses griffes,

Personne ne peut m’atteindre ainsi caché.

Les hommes sont plus dangereux que le froid et la faim,

Le confort est plus mortel qu’une nuit sans abri,

La peau se rebiffe mais le cerveau se renforce

De créer chaque jour un nouveau personnage.

Il faut passer inaperçu dans un dédale sans compassion,

Il faut paraître chaque minute sans aucune profondeur,

Il faut penser à son bonheur mais oublier celui des autres,

Il faut s’armer d’égocentrisme pour avoir un aspect normal…

En attendant la nuit…

Celle qui me rend humain…

Celle qui me libère des bassesses...

Celle qui m’accepte pour quelques heures tel que je suis :

Un animal, herbivore.

Le sang de mes semblables a le même goût que le miens.

Un esprit qui s’éteint est comme un livre qui se ferme...

Au milieu d’un chapitre !

Plus animal qu’homme moderne,

Je refuse les lois d’une société bâtie sans moi…

Je ne suis pas granite, ni pierre, ni plâtre, ni stuc,

Un sentiment sur pattes, qui se cache et qui doute...

 

 



24/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres